LES AGENTS D’EXPLOITATION PROTESTENT… POUR FAIRE LEUR TRAVAIL ! LES AUTRES SERVICES ILS SUBISSENT ?

On croyait avoir tout vu mais la capacité de la Direction d’ENEDIS à évoluer vers le pire semble sans limite. Jugez plutôt :

Le 19 septembre 2018, des agents d’exploitation sont intervenus à midi pour réalimenter des clients coupés depuis plusieurs heures. Mais, ils ont été sommés par le cadre de permanence d’arrêter leur intervention : 19h30, fin du chantier, je vous ordonne de tout arrêter…Vous reviendrez demain !
Alors même que la panne était identifiée, les équipes mobilisées et le matériel nécessaire prêt !
Résultat, les usagers devront attendre 1 jour de plus sans électricité…
Pour la Direction, il ne s’agissait bien entendu que de quelques maisons, dans une commune rurale d’un Département rural.

Qui se soucie encore vraiment de la ruralité chez les dirigeants d’ENEDIS ? Ce n’est pas assez « smart » les péquenauds ?
Qui se préoccupe encore d’assurer l’égalité de traitement des usagers et un service de qualité et de proximité pour tous ?
Pas nos dirigeants : ils l’ont dit, ils l’ont écrit… Ils l’ont traduit dans leurs orientations politiques et leurs PMT !!

Ce nouvel épisode illustre malheureusement très bien les dérives actuelles d’ENEDIS : un pilotage par le cash pour faire du cash…Et le reste se fera avec les restes, s’il y en a.

Le droit d’alerte économique et social lancé par le CCE se trouve non seulement légitimé (s’il en était encore besoin) mais, surtout, se nourrira de cet exemple qui démontre que la situation de notre entreprise est très préoccupante…Pour les usagers comme pour les salariés !

Cela montre aussi que la Direction d’ENEDIS n’a pas renoncé à ses projets de réorganisation du travail.
Faut-il rappeler que cette même Direction avait tenté d’imposer le recours à des sociétés prestataires pour réaliser l’astreinte à la place de nos équipes à deux reprises en Mars et Août dernier ?
La CGT dénonce bien entendu ces pratiques qui n’honorent pas une Direction de plus en plus empêtrée dans ses pratiques douteuses, et de moins en moins crédible.
Qui peut encore au regard des évènements récents leur accorder le moindre crédit ou sa confiance pour assurer l’avenir de l’entreprise et de ses salariés ?

Nous allons bien entendu largement communiquer sur ce triste épisode !
Partout en France, les salariés doivent être informés des tentatives des Direction pour torpiller le service public et leur enlever leurs droits….car partout en France nous voyons de telles initiatives se multiplier : ici une fermeture de site, là une remise en cause d’un accord collectif, là encore un reniement industriel et un service de moins pour l’usager, la fusion de services qui supprime de l’emploi (ex Arma/Béré : -7 emplois), les CPA sous dimensionnées, les Acheminements vidés d’emplois statutaires, idem aux DICT. Modification astreinte (-25 emplois) etc… De l’exécution au cadre, pas un service n’est épargné…

LES AGENTS D’EXPLOITATION PROTESTENT… POUR FAIRE LEUR TRAVAIL !
LES AUTRES SERVICES ILS SUBISSENT ?

Et il est temps que les collectivités locales et les usagers prennent pleinement conscience
de la situation, ouvrent les yeux sur la duplicité d’ENEDIS qui leur fait de belles promesses à
l’occasion de la renégociation du contrat de concession mais a programmé la pénurie dans
leurs territoires.

Ces collectivités doivent maintenant assumer leurs responsabilités et imposer à ENEDIS le
retour à des objectifs et à une gestion plus conforme avec l’objet de l’entreprise.
Finalement, on le voit, seuls les agents d’ENEDIS sont encore porteurs des valeurs du
service public, de l’intérêt général, contrairement à leurs dirigeants.
C’est le point positif que l’on peut retirer de ces évènements, et cela nous conforte dans
notre volonté de mobiliser encore et encore les salariés pour mettre en échec les politiques
mortifères mises en place par nos dirigeants.

Ne laissons pas faire les fossoyeurs du service public. Ne restons pas spectateurs car
nous ne pouvons compter que sur nous pour imposer une autre alternative.
Quelque soit notre métier ou position hiérarchique, nous devons choisir entre la fuite
en avant que propose nos dirigeants vers l’abime ou le retour à nos valeurs de service
public qui sont le socle de notre identité.

Avec le maximum de salariés, nous pouvons envisager de porter un nouveau projet pour
ENEDIS, ambitieux sur le plan industriel et social et répondant à notre proposition d’un
véritable service public de l’énergie !

Alors le 9 octobre disons stop à la casse de nos emplois, de nos entreprises !

Les agents dexploitations protestentPour faire leur travail